Conseils pour une maison saine

Dépolluez votre intérieur !

On pense souvent que la pollution ne concerne que les rues des grandes villes, et que chez nous, on ne risque absolument rien… Pourtant, votre cocon pourrait bien être absolument irrespirable !

L’Observatoire de la qualité de l’air estime que l’air intérieur peut être jusqu’à 8 fois plus pollué que l’air extérieur !

Pourquoi ? Parce que sans le savoir, et même parfois en pensant bien faire, vous faites entrer chez vous toutes sortes de polluants. En effet, produits ménagers, peintures, bougies parfumées peuvent insidieusement répandre des substances toxiques dans votre logement et pire, dans la chambre de vos enfants !

Qualité d'air intérieure

La notion de qualité de l’air intérieur n’a émergé que récemment, alors que la surveillance de la pollution de l’air extérieur était déjà acquise et construite de longue date. Notre mode de vie conduit la plupart d’entre nous à passer plus de 80 %, voire 90 % du temps dans des espaces fermés, que ce soit au domicile ou au travail, dans les moyens de transports, les centres commerciaux, ou encore les espaces de loisirs, etc. Impossible dès lors de faire l’impasse sur les effets sur la santé que peut avoir l’air que nous respirons dans tous ces espaces clos.

Et cela d’autant plus que l’air intérieur a sa spécificité propre par rapport à l’air extérieur : il n’est pas en effet uniquement de l’air extérieur se retrouvant via les fenêtres et les systèmes de ventilation dans les bâtiments. 

L’air que nous y respirons n’est pas toujours de bonne qualité. En effet, les sources de pollution dans les logements sont nombreuses. Si votre logement n’est pas suffisamment aéré, les polluants s’accumulent, en particulier l’hiver, lorsque l’on ouvre moins les fenêtres. Cette pollution peut avoir des effets sur la santé : allergies, irritations des voies respiratoires, maux de tête voire intoxications.

Qui est responsable de la pollution de nos maisonS ?

Produits de construction et de décoration, d’ameublement, d’entretien, de bricolage, équipements de chauffage et de production d’eau chaude, présence humaine et activités liées aux besoins essentiels (cuisine, hygiène, nettoyage, etc.) ou autres (tabagisme, utilisation de bougies, d’encens, cosmétiques, présence d’animaux domestiques, etc.) sont autant de sources et de vecteurs des pollutions observés. On peut regrouper les facteurs de pollution intérieur en  3 grandes familles : 

  1. Polluants chimiques : ce sont des gaz inodores (formaldéhyde.. .), appelés COV : composés organiques volatils ou semi-volatils.
  2. polluants biologiques : ils sont issus d’organismes vivants (bactéries. . .), émis par les animaux, les acariens ou les moisissures.
  3. Particules fines : portées par l’air et l’eau.

Les COV sont considérés comme polluants car ils ont des effets très néfastes sur l’environnement, l’atmosphère mais aussi la santé humaine, animale et végétale. Certains sont même considérés comme cancérogènes. Hors, le souci est que les COV sont émis par de nombreux matériaux et produits de consommation courante, tels que certains liquides vaisselle, lessives, adoucissants, déodorants mais aussi des produits aérosols d’intérieur ou encore des voitures et leur carburant. De plus, les COV associés à l’oxyde d’azote participent à la formation d’ozone dans les basses couches de l’atmosphère, ce qui est néfaste pour l’environnement.  

Comment améliorer la qualité d'air intérieur de votre maison ?

Réduire les risques pour la santé est possible. Chacun peut agir pour les limiter.

Conseil maison saine

La première règle et surement la plus importante est une bonne aération quotidienne de votre domicile.

Aérer au moins 10 minutes 2 fois par jour pour changer l’air et à chaque fois que vous faites du ménage, du bricolage, de la cuisine…

Pendant l’ouverture des fenêtres, éteignez ou baissez au minimum les appareils de chauffage à proximité des fenêtres pour ne pas dépenser inutilement de l’énergie. Veillez à les remettre en marche une fois les fenêtres refermées.

N’obstruez pas les bouches d’aération, ne placez rien devant et nettoyez-les une fois par an. 

Qu’il fasse beau ou pas, il est essentiel de renouveler l’air de votre habitat ! Une première fois au réveil et une deuxième fois en fin de journée. 

Attention : aérer permet de diluer la pollution, mais pas de l’éliminer ! Seule la réduction des émissions de polluants à la source règle durablement le problème. 
Identifiez les polluants présents dans votre logement et adoptez les bons gestes pour agir sur les sources de pollution.

Conseil maison saine 1

Pour certains, c’est un réflexe, alors que pour d’autres, une corvée. Au Japon et dans nombreux pays asiatiques, la population pratique cette tradition surtout pour des questions d’hygiène, mais aussi comme un signe de respect du lieu de vie.

Sachez que retirer ses chaussures est une règle d’hygiène essentielle.

Selon les spécialistes, nos chaussures constitueraient de véritables nids à bactéries : ils contiennent plus de bactéries que les WC, comme nos portables! On y trouverait des centaines de milliers de ces micro-organismes par centimètre carré. Chacun de nos pas leur donnant une nouvelle occasion de s’y installer. Parmi ces bactéries, le célèbre Escherichia coli serait présent sur 96 % de nos souliers. Beaucoup sont inoffensifs pour l’homme, mais le risque existe.
En effet, les adultes en bonne santé ne devraient pas souffrir trop de cohabiter avec ces micro-organismes qui demeurent généralement campés au sol. En revanche, la question se pose différemment pour une personne immunodéprimée ou pour les jeunes enfants qui ont l’habitude de ramper par terre.

Conseil maison saine 3

Les produits aérosols d’intérieur sont plus nocifs que la circulation automobile !
Les emballages des sprays rafraichissants, assainissants ou encore purifiants nous promettent une maison saine et parfumée… Derrière leurs odeurs fruitées ou gourmandes, parfois certifiées naturelles et bio, ces aérosols cachent une tout autre réalité : ils sont très nocifs pour la santé. Une récente étude estime que l’important niveau de consommation de ces produits aérosols au Royaume-Uni engendre une émission de pollution atmosphérique – mesurée en COV – supérieure à celle des véhicules de tout le pays. Un constat alarmant car, selon les chercheurs, plus de 25 milliards de bombes aérosols jetables seraient utilisées chaque année sur l’ensemble de la planète, ce qui entraînerait le rejet de plus de 1,3 million de tonnes de COV. D’ici 2050, ce chiffre pourrait même atteindre 2,2 millions de tonnes.

Les auteurs de l’étude encouragent ainsi les décideurs politiques à préconiser l’utilisation de produits d’intérieur sans aérosol ou avec des propulseurs moins nocifs. Actuellement, les COV seraient utilisés dans environ 93 % des bombes aérosols. « Pratiquement tous les produits de consommation à base d’aérosols peuvent être fabriqués sous forme non aérosol, comme les déodorants à bille ou en stick, assure le professeur Alastair Lewis, l’un des auteurs de l’étude. Faire de petits changements dans ce que nous achetons pourrait avoir un impact majeur sur la qualité de l’air extérieur et intérieur, tout en ayant qu’une faible répercussion sur nos vies.” De petites habitudes à changer pour préserver la planète, notre santé et celle de tous les écosystèmes.

Source : https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/36192-Pollution-produits-aerosols-d-interieur-nocifs-circulation-automobile

Conseil maison saine

Nettoyez sans polluer !

Les produits ménagers libèrent des COV. Méfiez-vous surtout des antibactériens, des désinfectants (eau de Javel), des nettoyants pour vitres et des dépoussiérants pour meubles. Privilégiez les formules éco-labellisées ou les solutions naturelles comme le vinaigre blanc, le savon noir et le bicarbonate. Le nettoyeur vapeur est aussi une bonne option ! 

La solution la plus économique et naturelle est de fabriquer vous mêmes vos produits de ménage ! Vous trouverez pas mal de tutoriels et recettes sur internet ! 

Pensez à nettoyer ou changer souvent les filtres de votre aspirateur, afin qu’il ne rejette pas un air encrassé. Sur un appareil sans sac, vérifiez l’étanchéité du bac à poussière

Conseil maison saine 5

Bougies, diffuseurs et bouquets parfumés libèrent des composés organiques volatils (COV) qui peuvent irriter les voies respiratoires. Les bâtons d’encens sont particulièrement nocifs, leur combustion dégageant un cocktail de formaldéhyde, hydrocarbures aromatiques et particules fines.

Même les sprays assainissants aux huiles essentielles et autres fragrances naturelles émettent des allergènes (linalol, géraniol, limonène…). On les utilise avec parcimonie et, une fois encore, on ouvre régulièrement les fenêtres.

On le répète : les formules en spray, même sans gaz, favorisent la dispersion des particules jusqu’à nos poumons. Ayez la main légère !

Conseil maison saine 6

Sources : 

https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/pollution-et-sante/air/documents/pollution-de-l-air-interieur-dans-l-habitat

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/36192-Pollution-produits-aerosols-d-interieur-nocifs-circulation-automobile

https://www.femmeactuelle.fr/vie-pratique/news-vie-pratique/5-conseils-pour-avoir-un-air-sain-dans-la-maison-2112496

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.